Quand Kevin s'emmêle

Publié le par Ellie

Kevin fait la sourde oreille.

Déjà trois fois que la maîtresse lui demande de rejoindre le rang. Kevin tourne ostensiblement la tête. Il cherche l'affrontement. Il sent son public dans son dos. Ses petits camarades, diraient les personnes âgées. Or, ce ne sont pas ses camarades. Ce sont ses spectateurs. Ses admirateurs. Du moins en fait-il confusément le voeu.

- Kevin, c'est l'heure ! ...

Eh, oui ! C'est pourtant l'heure de la sortie. Kevin, qui est toujours le premier à en faire un minimum syndical (façon de parler), là, il est prêt à se faire une minute, une heure, une semaine de rab' s'il le faut. Même, s'il le peut. Car Kevin a besoin de se faire remarquer.

Kevin aime se distinguer. Prendre le contre-pied. C'est un élève perturbateur. Il a des problèmes. De comportement.

Ce matin, il a rencontré pour la première fois son Educateur. C'est un homme auquel sa mère a demandé de lui expliquer qu'il devait la respecter elle, sa mère. Elle, et aussi ses semblables. Les FEMMES.

Kevin connaît bien les femmes : il y en a tant autour de lui. Sa mère, sa soeur, ses voisines d'escalier, ses voisines de classe, ses institutrices. Sur les 8 classes que compte l'école, 7 sont tenues par des femmes.

3d16e2d082f314ce4202955be387dbbb.jpgL'année dernière, Kevin était dans la classe de l'instituteur. On entendait assez peu parler de lui. Mais il ne pouvait pas y rester toute sa vie. Il va lui falloir apprendre à obéir à cette femme ?

Comment faire ?

Une femme est un être qu'on bat et qu'on insulte, qu'on traîne plus bas que terre. C'est son père qui le lui a appris. Par la manière forte.

Parfois Kevin longe la rue en grommelant "connasse" à l'adresse de celle qui est pourtant sa mère.

Kevin ne rentre pas dans le rang. Kevin tire la couverture à lui.

...

Il est de ces souffrances qu'un long chemin seulement parvient à apaiser.

La maman de Kevin veut lui faire suivre une psychothérapie. Sa maîtresse est d'accord.

Pourvu que le pédopsy soit un homme... 

 

Publié dans Elèves en vrac

Commenter cet article

Ellie 14/11/2007 08:47

Oui, Maxie, il  y a toujours de l'espoir, je sais. Il ne faut pas partir battu.

Maxie 14/11/2007 01:59

Il y aura ceux qui reproduiront le "modèle" et ceux qui le casseront. Je suis bien placée pour le dire : je n'ai pas épousé un homme (à l'instar de ma mère) qui me tape dessus et qui terrorise ses gosses. En revanche il apparaît effectivement qu'un nombre croissant de gosses fonctionnent dans les rapports de force. Et la violence, l'irrespect et la vulgarité règnent en maîtres. Mais cela je ne l'ai vraiment ressenti que quand ma fille est rentrée en 6ème.Courage. 

Ellie 31/10/2007 11:35

C'est bien la question que je me pose. Et ça me fatigue, tu peux pas savoir, Sandrine.

Sandrine 31/10/2007 09:16

Ellie, j'ai lu avec attention tous ses morceaux de vie d'instit, ils renvoient avec une puissance dix le mal être de toute une société où le laisser faire et laisser dire sont les maitres mots. Ne sommes nous pas à un point de non retour car ces enfants, qui feront eux aussi des enfants, que vont -ils transmettre ? violence absence de respect de l'autre, le mal est fait, comment corriger ? A+