Des petits numéros

Publié le par Ellie

Pour bien des profs, les élèves sont des petits numéros. Ceux de leur moyenne.

Dans la masse de collégiens, de lycéens, qui les entourent, ces enseignants diplômés ne voient pas plus que des 10, des 12, des 9 armés d'un vague cartable et de cervelles plus ou moins rebelles à remplir, à l'entonnoir.
Au delà des 18, c'est l'élite. Les 20 de moyenne, si rares, touchent à peine terre, ils flottent sur des nuages d'amour et de reconnaissance : enfin, je suis un bon enseignant, j'ai des élèves qui ont 20 de moyenne.

Quant à ces larves de nombres à un chiffres, ces 5, ces7, ces 3, ces zéros, quelle horreur. Ils vous gâchent la vie.

Ce n'est pas un hasard si en quittant l'école primaire, l'évaluation de fin de période se voit renommée "contrôle". La note comme moyen de contrôle, de contrôle des cerveaux. La moyenne plus ? pouvez passer !
La moyenne moyenne moins ? z'êtes recalés !


Quant à savoir ce que ces apprenants ont vraiment dans la tête, qui s'en soucie. Qui se soucie de savoir si ce 5 à un "contrôle" de maths est dû à une formule mal assimilée, à des erreurs de calcul, à un manque de vocabulaire. Qu'y'a-t-il de positif dans tout ça, et comment un élève peut-il faire le bilan objectif de ses compétences, et se dire une fois pour toutes : "ça, je sais le faire !"

Quand donc apprendra-t-on dans les IUFM la pédagogie par objectifs ?
Quand donc évaluera-t-on sainement, en tenant compte des aspects positifs ?
Quand donc arrêtera-t-on de cataloguer les élèves ?

Quand donc comprendra-t-on qu'enseigner est un métier qui s'apprend, un métier technique et évolutif ? Dans lequel il faut savoir se remettre en question ?

Mes objectifs :

Définir ce que doivent savoir mes élèves en fin d'année.
Evaluation initiale : pour connaître mes élèves, effectuer un bilan de ce qu'ils savent, de ce qu'ils savent faire, de leur manière d'apprendre et de comprendre bien à eux.
Evaluations d'étape  : fournir à mes élèves et à leur parents le tableau le plus fidèle possible de leurs acquis et de ce qui reste à faire éventuellement, et ce au moins trois fois dans l'année.
Evaltuation finale : transmettre à l'enseignant de la classe suivante tous les outils nécessaires pour la suite des apprentissages, l'aider à faire son évaluation initiale, sans l'influencer, avec objectivité.

Commenter cet article

ellie 05/06/2008 07:33

Pas étonnant ...(moi aussi j'ai fréuenté un CES !)

Maxie 04/06/2008 22:39

Ça me fait me souvenir que les meilleurs profs que j'ai eus (par "meilleurs",  je veux dire "les plus pédagogues" et donc les plus efficaces sur le plan des apprentissages et des acquisitions)   étaient des PEGC (instituteurs/trices qui étaient devenus profs de C.E.S. - ben oui, moi, je suis allée au C.E.S., pas au collège) et de fait les moins bons profs (moins pédagogues, voire pas pédagogues du tout) étaient des agrégés.